Permabrégé — Blabla concis mais pas si con

  • 07:15:50 on octobre 31, 2008 | 3
    Étiquettes : ,

    Les mauvaises herbes sont des plantes pionnières qui aident à combler les carrences d’un sol. Ex: les légumineuses poussent dans des sols pauvres en azote car elles peuvent fixer l’azote de l’air (et ainsi enrichir le sol en azote), les plantes qui poussent sur des sols compactés sont celles qui ont des racines puissantes (qui décompactent le sol).

    Publicités
     

Comments

  • Marcus 10:55 on novembre 2008 | # | Réponse

    Je ne comprends pas très bien le lien entre mauvaises herbes et légumineuses. Souvent même, les paysans utilisent des légumineuses en inter-culture pour garder une couverture du sol afin d’éviter l’implantation de mauvaises herbes.[de la luzerne par exemple, qui est une plante vraiment indispensable à notre agriculture d’aujourd’hui].
    Ainsi je ne pense pas que cette affirmation soit complètement correcte : »Les mauvaises herbes sont des plantes pionnières qui aident à combler les carences d’un sol ».
    Pareil pour le terme mauvaise herbe, cela me dérange un peu car une herbe ne peut être considérée mauvaise uniquement si elle gêne la production d’un paysan. Si je te comprends bien, tu veux faire remarquer qu’il existe des plantes qui peuvent améliorer des sols ?

    Marcus

  • Nicollas 4:19 on novembre 2008 | # | Réponse

    Salut Marcus, tu es le premier à te perdre sur ces pages qui sont plus un pense-bête qu’un blog 🙂 (et désolé tes commentaires ont été détectés comme spam)

    Effectivement l’association mauvaise herbe/légumineuse n’est pas des plus heureuses, mais il existe des légumineuses qui ne sont pas cultivées comme plantes comestibles et qui peuvent être jugées indésirables dans certains cas (typiquement du trèfle sur un beau gazon tout « propre »).
    Pour le terme mauvaise herbe on est d’accord. Ce que j’ai voulu dire ici, c’est qu’on considère souvent les plantes pionnières comme de la mauvaise herbe, car en fait ces plantes sont adaptées aux sols sur lesquels elles poussent, contrairement aux plantes cultivées envahies. Il existe en plus un phénomène qui m’interesse qui est celui d’une résilience de la nature : les plantes qui poussent sur un sol (et leur succession) le font converger vers une situation climax, et ainsi les plantes pionnières permettent de régler des carrences du sol occasionnées par exemple par l’activité humaine (compaction, sols mis à nus, pollution …)

  • Marcus 5:54 on novembre 2008 | # | Réponse

    OK ! Je vois mieux ce que tu voulais dire !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :